Challement église

De Wiki58

L'église Saint Hilaire

 
L'église Saint Hilaire de Challement
  • Église paroissiale placée sous le vocable de Saint Hilaire construite en 1538 à l'emplacement d'une plus ancienne, détruite par un incendie en 1445.
  • Plan en croix par l'adjonction de deux chapelles ; chevet à pans coupés à l'extrémité.
  • Toute l'église voûtée sur membrures prismatiques d'un dessin plus ou moins compliqué, se prolongeant jusqu'au sol, sauf dans l'une des chapelles où des retombées sont décorées d'écussons tenus par des anges, l'un d'hermine, au sautoir (Barthélemy de la Ferté-Meun, seigneur de Challement, en 1530), un autre de trois fasces et une bordure engrélée (Françoise du Verne, mariée en 1530 à Barthélemy de la Ferté-Meun) ; clefs de voûte sculptées de feuillages ; naissance des membrures peintes.
  • Fenêtres gothiques à remplages flamboyants au chevet et dans l'une des chapelles, les autres de même forme mais plus simples.
  • Dans le chœur, crédence fort élégante surmontée d'ornements ; autre crédence, à peu près semblable, dans l'une des chapelles.
  • Très beau portail entre des montants surhaussés, à deux baies en anse de panier, séparées par un pilier, ouvertes sur une archivolte gothique ; le tympan divisé horizontalement en deux parties : au centre de la partie supérieure, statue de Notre Seigneur, couronné d'épines et revêtu du manteau de la Passion, se détachant sur un remplage flamboyant ; dans la partie inférieure, sept statues : la Vierge, sur une console à écusson mutilé, saint Côme, saint Damien, un saint évêque, deux apôtres sans attributs et Saint Sébastien.
  • Aux côtés du tympan, deux autres statues : saint Jean-Baptiste et sainte Madeleine.
  • Clocher carré au-dessus de la première travée de la nef, percé d'une baie gothique à remplage flamboyant et flanqué de contre-forts très saillants, amortis en pinacles et décorés de statues de saints.
  • Contre-forts à retraites.
  • Traces d'une litre aux armes des La Ferté-Meun.
  • Maître autel restauré, surmonté d'un tabernacle en pierre richement ornementé, en forme de pyramide divisée dans sa hauteur par deux galeries découpées à jour et soutenue par de petits contre-forts et des arcs-boutants, ce tabernacle se détachant sur un cadre, de la largeur de l'autel, à remplage flamboyant ; de chaque côté de l'autel, une niche renfermant une statue, et une porte de sacristie en anse de panier, sous une accolade flanquée de deux clochetons.



Sources : Répertoire archéologique du département de la Nièvre rédigé sous les auspices de la Société nivernaise des Lettres, sciences et arts par M. le comte de Soultrait ; impr. nationale (Paris) – 1875 et Patrimoine des communes de la Nièvre (Éditions Flohic)
Photo : Éric Monnier (GenNièvre)
--m mirault 29 septembre 2010 à 06:01 (UTC)