Frères Tréchot

De Wiki58

Les frères Tréchot

La propriété Tréchot à Guérigny
Tréchot François.jpg
  • Au centre de de Guérigny, à l’angle de la rue du docteur Beaume et de la place de la Liberté, on peut voir une grande et belle propriété. Il s’agit de l’ancienne demeure d’Henri Tréchot achetée aux forges de la Chaussade le 4 mars 1900.
    Les frères Tréchot sont au nombre de cinq :
François, né le 9 avril 1865 à Challuy,
Henri né le 4 mars 1868 à Guérigny,
Louis né le 11 avril 1876 à Urzy,
Aimé né en 1879,
Ernest né en 1884.


  • L’odyssée des fils Tréchot mérite d’être connue. En effet, l’un des fils Henri et ses quatre frères ont participé à la colonisation du Congo. Mariniers et mécaniciens, les frères Tréchot vont s’installer durablement sur les rives du fleuve Congo vers 1888 où s’implantait une colonie sous l’action de Savorgnan de Brazza, missionné par le gouvernement français.
Tréchot frères Congo.jpg


  • Les frères Tréchot, qui avaient par ailleurs rendu service à la France, notamment pour le transport de troupes et de matériel militaire sur leurs bateaux à vapeur, purent établir plusieurs factoreries dans les concessions qui leur étaient attribuées par la France le long du fleuve. Ils eurent ainsi de nombreuses activités commerciales pour exploiter les richesses du Congo. Leur commerce va se fonder sur l’exploitation du caoutchouc, de l’ivoire, du bois de construction et du cuivre au sein de la Compagnie Française du Haut Congo (CFHC) qui se composait entre autres d’une quarantaine de factoreries.


  • Une factorerie comprenait :
Tréchot CFHC.jpg
un débarcadère pour l’accostage d’un bateau à vapeur,
une réserve de bois,
un magasin de gros,
une boutique de détail,
parfois une palmeraie,
une huilerie,
des cases pour le personnel européen et
un ou plusieurs villages pour les employés congolais.


  • Après la fin du régime des concessions en 1930, la CFHC fut l’une des rares sociétés concessionnaires qui existait encore et de nombreux investissements furent réalisés dans les palmeraies et la construction d’immeubles à Brazzaville ou à Pointe Noire. Une belle demeure construite en 1905, intitulée «La Case Tréchot» est l’ambassade actuelle de Russie à Brazzaville. Au début de 1965, le patrimoine de cette société et notamment sa flotte ont été cédée au gouvernement congolais. Elle sera dissoute en 1979.


  • Les cinq frères Tréchot ont eu des destinées particulières :
François, qui a regagné la métropole pour raison de santé au début du 20ème, est décédé le 9 juillet 1940.
Henri, qui après la première guerre mondiale était à Paris chargé des relations avec les autorités, meurt le 18 décembre 1936.
Louis deviendra administrateur délégué à Brazaville et sera le gérant du domaine. Il est décédé le 8 octobre 1948 à Nevers.
Les deux derniers frères sont décédés très jeunes. Ernest qui était simple agent dans une factorerie est décédé en 1919. Quant à Aimé qui était à la tête de la factorerie de Liranga, il est décédé, malade, à 22 ans en novembre 1901.
Aujourd’hui François, Ernest et Aimé reposent au cimetière de Guérigny, Louis, lui est enterré à Nevers.


  • François, Ernest et Aimé reposent au cimetière de Guérigny, Louis, lui est enterré à Nevers.



Résumé rédigé par François Pommery. Sources : Jean-Paul Gauthron
On peut lire une histoire complète dans les ouvrages suivants :

L’odyssée des marins nivernais sur le fleuve Congo par Jean-Paul Gauthron
La revue Marteau Pilon n°9 Les Amis du Vieux Guérigny.
Savorgnan de Brazza, les Frères Tréchot et les NGala du Congo-Brazzaville (1878-1960) de Abraham Constant Ndinga Mbo.